écrit par Baptiste Le Bras

L´APPRENTISSAGE ET LA TRANSMISSION CHAMANIQUE EN OCCIDENT

écrit par Baptiste Le Bras

TX-003.png

Photo : Préparation d´un Temazcal, Iza, Boyaca, Colombie, 2017

 

 

“Chaque petit maître avec son petit livre”

Cette phrase de mon cher ami et maître Gustavo Fernandez introduit à merveille le discernement avec lequel nous pouvons nous approcher des contextes chamaniques.

 

Le Chamanisme est une approche expérimentale. C’est à dire que c’est un art qui se développe au contact de l’expérience, essentiellement de expérience. Les pratiques et les connaissances sont transmises, tout comme en ésotérisme, de maître à élève après un entraînement souvent long, qui met au défi l’apprenti de pouvoir prouver sa motivation au delà de tout désir soudain et corrompu, et qui permet aussi de prendre le temps de développer des perceptions subtiles, des capacités chamaniques, de se transformer et développer profondément et d’acquérir suffisamment d’expérience pour pouvoir postérieurement guider et initier d’autres êtres destinés à transmettre à leur tour.

 

Il est fondamental de considérer le besoin de vivre, durant longtemps, au contact du Chamanisme pour pouvoir s’enraciner suffisamment en lui et puiser ses forces, ses ressources, et sa sagesse au sein de cette connexion parfaitement équilibré entre le Ciel et la Terre, autrement dit, entre l´esprit et la matière.

 

En ce sens, dans la mesure où il est une voie de transformation personnelle avant tout, et un apprentissage en deuxième lieu, il constitue un chemin de cohérence.

 

Il est fondamental de comprendre à l’heure actuelle que cet apprentissage doit nécessairement impliquer des sacrifices, des difficultés, des moments d’isolement et des épreuves aussi bien exigeantes aux niveaux physique, mental, émotionnel, spirituel, et même parfois économique, professionnel, sentimental et familial.

 

Spécialement lorsque nous provenons d’une culture appartenant à la société occidentale nous devons comprendre que, au delà du romanticisme et de l’idéalisme associé au mouvement new age dans lequel le Chamanisme est parfois inclus, la voie chamanique permet de guérir toute sortes de maux grâce aux héritages des peuples autochtones qui nous ont généreusement permis d’avoir accès à leurs sagesses et pratiques.

 

D’une part, il existe un abîme colossal entre la société du « fast food » où nous sommes habitués à apprendre à faire quelque chose en 5 minutes sur YouTube et l’apprentissage chamanique qui prend des années et de très nombreuses expériences sur le terrain même.

 

D’autre part, il est fondamental de recevoir la permission d´un maître proprement en capacité de transmettre les savoirs correspondants à l´apprentissage, et ce, pour deux raisons: la première concerne l´ordre naturel du déroulement de toute chose. Il existe une hiérarchie que l´on doit respecter, où la parole du sage, de l´ancien, du grand-père ou de la grand-mère (ce en matière d´expérience et non d´âge) représente ce qui est et ce qui doit être. On s´y soumet parce que cette personne, au long cheminement qui a intégré un très haut niveau d´expertise en relation à son art chamanique, et un haut niveau de développement de son humanité et de sa perception spirituelle, saura lorsque le moment est venu pour nous de voler, lorsque nous sommes prêts à développer nos pratiques en toute autonomie. Il nous faut avant tout développer une grande humilité et un grand respect pour l´ordre naturel, ce qui est d´autant plus éloigné des enseignements de notre culture occidentale. Alors que certains auront besoin d´un apprentissage de quelques années, d´autres ne seront jamais prêts à prendre leur envol. Ceci peut être difficile de comprendre, mais c´est justement ici que la parole de l´ancien doit être respectée. Telle est l´autorité du sage. D´autre part, nous avons besoin de recevoir le "feu vert" pour débuter des pratiques en toute autonomie. Dans le cas contraire, si nous ne sommes pas véritablement prêts et préparés pour pouvoir partager les pratiques ancestrales, il existe un grand risque de générer du désordre mental, de la maladie, des accidents et même des croyances erronées concernant la médecine ancestrale.

 

La deuxième raison consiste la lignée. La transmission des savoirs et des pratiques est très importante, mais l´est aussi la transmission énergétique et spirituelle de la lignée à laquelle nous avons fait le souhait d´appartenir. Ici, il est prudent de préciser que dans bon nombres de traditions ancestrales, la transmission doit impliquer de manière impérative un lien de sang entre le transmetteur et le récepteur. Ainsi, le fils aîné du chaman sera celui qui devra accomplir ce rôle. A l´heure actuelle, beaucoup de traditions se sont adaptées au monde moderne, et il fût nécessaire de le faire car il n´y a pas eu de continuité au sein des pratiques chamaniques de nombreuses ethnies, dû à la prohibition de celle-ci au sein des territoires dirigés par les colonisateurs, donc l´adaptation fût la seule solution grâce à laquelle le savoir et les pratiques ont pu survivre jusqu´ici. De nombreux anciens transmettent leurs savoir à des jeunes occidentaux en recherche de vérité, de sens et de spiritualité, et c´est quelque chose de remarquable. Pourquoi ? Parce que nous (occidentaux) avons discriminé durant des centaines d´années de nombreux peuples sur de nombreux territoires, en commettant des massacres sur lesquels nous ne pourrions mettre de mots, et les anciens aujourd´hui nous ouvrent leurs cœurs pour partager ce qu´ils ont de plus précieux, sans causer, comme le dirait le grand-père Tlakaelel "de racisme à l´inverse". Quelle immense sagesse de pouvoir ouvrir son cœur à ceux qui ont perpétuer l´art de la cruauté durant des siècles entiers !

Ainsi, recevoir une permission d´un ancien qui transmet son savoir permet d´ouvrir le canal énergétique et spirituel de la lignée en question pour que celui-ci conserve son caractère sacré et soit le fruit du mystère et du miracle. Dés lors, nous recevons aussi la protection des anciens qui prennent du plaisir à imprégner les cérémonies ancestrale.

 

Ceci étant dit, la question qui demeure en toute passivité au sein de cette simple réflexion, est la suivante : un occidental peut-il réellement développer l´art chamanique ?

 

De nouveau, "chaque petit maître avec son petit livre", mais si nous sommes arrivés jusqu´ici, alors poursuivons cette réflexion jusqu´où elle pourra nous mener.

 

L´art chamanique travaille un champs d´expérience qui est extrêmement lointain à celui appartenant à la société occidentale. Alors que tout est rationalisme, théorie et intellect, le chamanisme ouvre les portes de l´extrasensoriel, de l´intuition et du paranormal, du spirituel et de l´énergétique, avec de nombreuses pratiques, rituels et cérémonies que l´on ne pourra pas expliquer ou comprendre au niveau fonctionnel, scientifique, mais qui ne doivent pas être discriminées pour autant. Parce que ce qui est différent enrichi, complémente, mais ne doit pas être infériorisé. Cette perception va au loin de l´orgueil scientifique (ou religieux) omnipotent.

Ainsi, nous avons été éduqué, formé (pour ne pas dire formaté) d´une manière tellement lointaine à la manière ancestrale, ethnique, ou chamanique, que nous pourrions nous demander s´il serait possible de se reformater, ou du moins de faire de l´espace pour potentialiser en nous une nouvelle conception, perception, manière d´être et de vivre aussi éloignée que celle à laquelle nous avons été formés.

La réponse, "ma" réponse est oui. Oui je le crois parce que je l´ai vécu. Justement, c´est une des particularité miraculeuse de l´art chamanique et un des ingrédients qui fait de lui quelque chose d´exceptionnel, les pratiques et savoirs qui lui sont associés sont particulièrement "capables" d´ouvrir la conscience, de se poser de nouvelle question, d´explorer notre être tout entier pour nous donner l´opportunité de voir au plus profond où donc est le problème. En allant à l´intérieur au plus profond de nous même, l´art chamanique nous permet de questionner nos idées, nos conceptions à la base de ce que nous croyons être et ainsi nous donner l´opportunité de percevoir différemment. Au delà de ceci, qui est déjà quelque chose d´extraordinaire, l´art chamanique nous donne les moyens d´aller en nous, bien à l´intérieur, pour transformer nos apprentissages émotionnels, corporels, psychologiques, en quelque chose de plus sain, de plus harmonieux, de plus humain. Ne serait-ce pas une merveilleuse définition de "guérir" ?

 

Ainsi, nous pouvons développer cette perception, mais ce exclusivement à condition d´avoir fait un cheminement expérimental de transformation personnel suffisamment profond et ancré en nous. Autrement dit, nous devons avoir modifier notre "système opératif" occidental, en quelque chose de plus libre, de plus créatif, de plus simple, de plus sain, de plus ouvert à la sensibilité de notre être qui fait de nous des humains.

 

L´esprit chamanique demeure tellement enraciné dans la sacralité et le respect de toute chose, parce que tout est en vie, tout possède un mérite et un esprit. La racine même de la conscience sacrée est tellement éloignée de l´utilitarisme et du consumérisme occidental qu´il est extrêmement complexe de rééduquer notre être pour pouvoir percevoir, comprendre et vivre de manière assimilée et intégrée ce sentier du mystère et du sacré.

Comment pouvoir assimiler le fait que l´eau est sacré, qu´elle est l´essence même de la vie ? Comment pouvoir comprendre que les arbres sont nos frères et de grands gardiens de la Terre lorsqu´on vit dans des forêts de béton ? Comment respecter les animaux s´ils ne sont que des instruments de notre désir stomacal ? Comment connecter avec nos émotions lorsqu´on travaille 8 heures par jour ? Comment éduquer avec amour et conscience nos enfants si l´on demeure dans le stress et que notre mental visite mille lieux en même temps ? Comment aimer et apporter harmonie si nous ne cultivons pas la paix dans notre vie quotidienne? Comment avoir des relations harmonieuses si celle que nous avons avec nous mêmes ne réside pas dans l´écoute, dans l´attention et dans l´authenticité ? Comment pouvoir taire le mental lorsqu´en ville il reçoit une bonne douzaine de stimulations (ou contaminations) auditive, électromagnétique, visuelle, intellectuelle, respiratoires [...]?

 

Pour citer quelques exemples, rien de plus...

 

Au cours de différentes occasions, nous avons partagé la médecine chamanique, l´art du sacré et de la guérison dans un contexte occidental, Européen pour être plus précis (étant donné que les racines occidentales se sont répandu dans la totalité du globe). Il est difficile que les participants aient une véritable approche intégrative vis à vis de ce qui est réalisé : le mental a tendance à vrier trop facilement, l´Esprit (au sens de divinité) n´a pas été alimenté (ou pas suffisamment), et le monde matérialiste trop rigide dirigé par un système social contrôlant et dominant a laissé s´implanté trop de peurs et de douleurs qu´il est difficile de percer au travers des résistances de chacun, de chacune.

 

Le travail chamanique, pourtant, ouvre des portes à l´intérieur, nettoie les canaux énergétiques qui sont rouillés, débloque des voies émotionnelles obstruées, alimente un Esprit sous-alimenté, rompt avec de nombreuses peurs ancrées dans notre système de survie, allume le feu de l´éternel au plus profond et bien évidemment, surtout, et avant tout, fait de la place pour que l´amour, tel une petite plante fragile mais pourtant si vitale, puisse circuler et grandir.

 

Dés lors, la compréhension des niveaux d´obstruction vitale et de leur origines est importante. Car en fin de compte, ce n´est pas organique de se soigner lorsque l´on continue à s´intoxiquer de manière permanente. Il existe de nombreux réseaux d´intoxications, nous vivons de manière permanente au contact de ceux-ci, et si bien un niveau minimum peut être bénéfique pour nous aider à générer nos anticorps, réellement nous sommes constamment exposés à une toxicité insoutenable. La maladie, n´est pas la pire manifestation qui résulte de cette exposition.

 

Au delà, bien au delà de la maladie, demeure le fait de ne pas vivre bien. Vivre dans la peur, dans le doute, dans la répression de nos qualités et de nos sens, dans l´occultation de nos appels spirituels. Demeurer dans le besoin de survivre, à tout prix, en séquestrant nos émotions et nos besoins primordiaux tels que celui d´aimer, de servir, de partager, de prendre soin, de chanter, de danser, de peindre, de créer, d´étudier [...]. Avoir la tête à penser comment avoir plus et à calculer comment obtenir un équilibre en contrepartie d´une insatisfaction spirituelle et émotionnelle tellement immense, telle est l´échelle de la dissonance cognitive qui s´instaure en nous.

 

Les chamans n´appellent pas maladie ce qui se manifeste comme un processus de dépuration et nettoyage organique, émotionnel ou intellectuel (diarrhée, vomissement, nausée, dépression, accident, burn out...). A cela le chaman appelle "médecine" ou "opportunité".

Mais la médecine, au sens chamanique du terme, est aussi tout ce qui nous permet, avant tout, de nous respecter et de rester dans la santé dans toutes ces conditions et états imaginables.

 

La médecine, ainsi, c´est le moyen de se soigner, de se guérir, et le moyen de rester sain.

 

Et sa racine, son origine, est l´amour.

 

Si en occident il y a tellement de souffrance et de maladie, il est évident que la médecine chamanique aura plus de difficulté à être acceptée et respectée.

 

Mais en cela réside son absolue nécessité. Elle n´attend rien. Elle donne tout.

 

A l´image de la Terre Mère.

 

Tlazocamatl